Suivez nous sur :

Jean-Christophe RUFIN

Romancier tardif mais à succès immédiat, Jean-Christophe Rufin a d'abord et surtout été un acteur engagé de la cause humanitaire et des relations Nord-Sud. Avant d'écrire des essais consacrés au Tiers-Monde et aux relations Nord-Sud, ainsi que les romans qui lui valent sa notoriété actuelle, Jean-Christophe Rufin a beaucoup voyagé.
Il est né à Bourges en 1952. Fils unique, il est élevé par ses grands-parents, son grand-père est médecin et résistant. Jean-Christophe Rufin entre à la faculté de médecine de La Pitié-Salpêtrière et à l'Institut d'études politiques de Paris. En 1975, il est reçu au concours d'internat à Paris – et choisit la neurologie comme spécialité.
En 1977, il part comme coopérant en Tunisie pour son service militaire et mène sa première mission humanitaire en Erythrée, ou il rencontre Azeb, qui deviendra sa deuxième femme.
Diplômé de l'Institut d'études politiques, il devient, en 1986, conseillé du secrétaire d'État aux droits de l'homme et publie son premier livre, Le Piège humanitaire, un essai sur les enjeux politiques de l'action humanitaire.
De 1991 à 1993, il est vice-président de Médecins sans Frontières (MSF).
En 1993, il entre au ministère de la Défense comme conseiller spécialisé dans la réflexion stratégique sur les relations Nord-Sud.
Il quitte ce poste en 1995 et devient administrateur de la Croix-Rouge française.
En 1997, à 45 ans, il publie son premier roman, L'Abyssin, l'histoire d'une ambassade dépêchée par la cour du Négus d'Éthiopie auprès de Louis XIV. Goncourt du premier roman et prix Méditerranée, ce livre se vend à plus de 300 000 exemplaires et est traduit en 19 langues.
En 1999, il est en poste au Kosovo comme administrateur de l’association Première Urgence, et dirige à l'École de Guerre un séminaire intitulé « ONU et maintien de la paix ».

Président d'Action contre la faim (ACF) à partir de 2002, il quitte ses fonctions en juin 2006 pour se consacrer davantage à l'écriture. Il reste cependant président d'honneur de cette organisation non gouvernementale (ONG).

Par ailleurs, Jean-Christophe Rufin a été maître de conférences à l'Institut d'études politiques de Paris entre 1991 et 2002, puis à l'université Paris 13 (1993-1995) et à l'École de guerre (ancien Collège Interarmées de Défense).

Le 3 aout 2007, il est nommé ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie et quitte ses fonctions au Sénégal le 30 juin 2010.

En 1999, Les Causes perdues, inspiré de sa mission humanitaire en Éthiopie, remporte le prix Interallié.
En 2001, il reçoit le plus prestigieux des prix littéraires français, le Goncourt, pour son roman Rouge Brésil, un voyage de l'autre côté de l'Atlantique au temps des premières colonies françaises.
En 2003, il se lance dans le roman d'anticipation, Globalia, qui raconte les aventures de Baïkal, jeune rebelle qui quitte les "territoires sécurisés" pour pénétrer dans la "non-zone"... Un "1984" revisité dénonçant le monde de conformiste, obsédé par sa sécurité, dans lequel nous vivons.

Jean-Christophe Rufin est élu à l’Académie française en 2008 pour ses œuvres littéraires d'aventures, historiques, politiques, qui s'apparentent à des récits de voyage, la plupart du temps de nature historique, ainsi qu'à des romans d'anticipation.
En mars 2018, son roman Le Collier rouge est adapté au cinéma par Jean Becker avec François Cluzet, Nicolas Duvauchelle et Sophie Verbeeck. Jean-Christophe Rufin participe au scénario.

Rester informé : Abonnez-vous à la lettre d'information OSH FORUM

Adresse email incorrecte